Une hausse de l’activité professionnelle des mères conditionnée par des actions


La meilleure performance des pays nordiques au regard du double objectif du maintien d’une fécondité importante et de la conciliation de la vie familiale et de la vie professionnelle est à relier à un modèle plus affirmé qu’en France en matière de garde d’enfants : à une première année sans offre, au cours de laquelle un congé parental bien rémunéré est offert, succède un accueil généralisé en établissement. Par ailleurs, certains pays mettent en œuvre des actions incitatives visant à contrer le faible taux de recours des familles les plus précaires, nombreuses ou éloignées de l’emploi, aux services de garde. En Suède, la contribution des parents pour l’accueil de leurs enfants en crèche se réduit pour le deuxième et le troisième enfant, puis disparaît à partir du quatrième. Un effort particulier est ainsi consacré aux familles nombreuses, là où il arrive, en France, qu’une place en crèche soit refusée pour un troisième enfant à des parents qui ont bénéficié de places pour un premier ou un deuxième enfant, au nom d’une forme d’égalité entre foyers. Toujours en Suède, les parents sans emploi bénéficient de surcroît de conditions d’accès plus favorables que ceux avec emploi. Au Royaume-Uni, un droit à des heures d’éducation gratuite est accordé dès deux ans aux enfants dont les parents perçoivent certaines allocations ou minima sociaux. Les études menées par le gouvernement britannique tendent à montrer que cette mesure a permis de réduire fortement la disparité dans les taux de recours sur cette tranche d’âge par rapport à celle observée sur les âges précédents, sans l’annuler totalement. En Belgique, un système de priorités dans l’accueil des enfants a été introduit, visant à accroître les chances d’attribution d’une place de crèche aux familles à bas revenus ou monoparentales. Si, en France, le reste à charge des familles modestes est réduit, le recours de ces familles à une solution de garde externe est particulièrement faible. L’inactivité d’un parent et la garde de l’enfant par ce parent tendent ainsi à se renforcer mutuellement.


No Comments, Comment or Ping